Le Burn Out paternel existe-t-il ?

Depuis que j’ai fait mon coming out de Mère ayant connu la dépression, je reçois beaucoup de témoignages sur les difficultés liées au métier d’être parent. Les femmes me parlent d’elles et les hommes me parlent … de leur femme.

C’est comme si les femmes étaient les seules à porter sur leurs épaules le poids de ces difficultés. Ce qui m’inspire cette réflexion : l’égalité des sexes sera-t-elle jamais atteinte en terme de parentalité ? Pourquoi le Burn Out semble-t-il concerner les femmes uniquement et jamais les hommes ? Parlera-t-on un jour de Burn Out Paternel ?

L’histoire est souvent la même. Le père est de bonne volonté : il souhaite s’occuper de ses enfants. Il le fait d’ailleurs, et bien ! Il y a même des intrépides qui mettent la main à la pâte en matière d’intendance. Mais partout, c’est la mère qui fait les frais en matière de Burn Out.

Car même si le père est présent, les enfants sollicitent la mère. Ils la sollicitent tout le temps, pour tout. Et souvent pour n’importe quoi ! Les mères souhaitent ardemment le meilleur pour leurs enfants : elles s’efforcent donc de combler ces demandes… Ajoutez à cela les tâches domestiques, un emploi à l’extérieur (pas moins pénible que celui des hommes)… Comment s’étonner qu’elles se réveillent un jour usées, épuisées.

Fait piquant, la réaction des pères face à la détresse de leur compagne est souvent la suivante : « C’est de sa faute si les enfants ne cessent de la solliciter, elle leur répond toujours ».

Et oui, la mère est comme ça. Toujours présente pour sa famille : les études démontrent que même quand le père prend part aux tâches ménagères, les femmes assurent 70 % des tâches domestiques et 60 % des tâches parentales.

Pas étonnant qu’elles soient sujettes à  l’épuisement physique. Et quand, au sentiment que ses efforts sont à renouveler sans fin, la mère doit en plus faire face au manque de considération voire à la critique du père… les soucis ne tardent pas à pointer le bout de leur nez.

Alors Messieurs, chers Papas qui me lisez, si vous voyez que votre compagne est au bord de l’épuisement, ne lui dites pas « y’a qu’à », mais dites lui « merci » d’être si disponible et si volontaire dans la gestion de votre vie familiale.

Pour ma part, je remercie Walt Disney et Dumbo,en particulier d’avoir occupé mes enfants pendant l’écriture de cet article.

Publicités

10 réflexions sur “Le Burn Out paternel existe-t-il ?

  1. Je suis absolument fan!!!! Je me retrouve totalement dans ces lignes!!! Dans les autres articles également! Maman de jumelles de bientôt 3 ans et d’un garçon de 6 ans…. Je CrAAAAque un peu plus chaque jour! Et comme vous, Merci à Disney, au père Castor, Pixar et consors! Je les adoore!!!!! Je poursuis ma lecture…!

  2. Pingback: … qui finit bien. | Allo Maman Burn Out

  3. voila j éleve et je m occupe seul de mon fils de seize ans depuis deux ans et après lui avoir redonner envie de grandir et d être bien dans sa peau maintenant je me sent de plus en plus fatigué . Adolescent il devient dur de caractère et c’est dur de retrouver seul avec toutes ses interrogations qu’il a . Le burn out paternel existe vraiment .

  4. je suis dans le meme cas que toi,j eleve seul mon fils depuis qu il a 4ans,il en a aujourdhui 16,et il y a des jours ou des semaines ou on trouve plus les solutions,c est extremement difficile d etre seul avec son enfant.

  5. Bonjour,
    Je suis une maman deux enfants qui ne sont pas toujours facile à vivre, surtout que ma fille aînée souffre de TED mais bon aujourd’hui ce n’est pas pour moi que j’écris mais pour mon mari il est bord du gouffre et ses symptômes colle avec le burn out maternel eh oui cela existe aussi pour les pères. Il ne supporte plus les enfants mais les aime énormément et ferait tout pour eux , il n’a plus aucune estime de lui même je m’inquiète énormément pour lui. Je le soutiens de mon mieux mais j’avoue être perdue en ce moment………….. merci pour votre aide

  6. Je pense qu’il existe un burn out paternel!! Et pour ma part j’ai beau chercher sur google, il n’y a pas de site ou même de blog consacré à l’écoute de pères en difficultés…Egalité des sexes!!!!!!
    Si le mot existerai peut-être des pères se retrouveraient dedans.

    • je suis plutot d accord pour créer un blog dédié aux peres qui elevent seuls leurs enfants,je suis persuader qu il aurais beaucoup de succés!

  7. Tous ces témoignages sont très riches, merci ! Chaque expérience parentale est différente dans ses bonheurs et ses périodes de doute. vos témoignages ouvrent une perspective intéressante : le burn out concernerait le parent qui assume l’essentiel de la charge parentale. Il serait donc étonnant que les pères célibataires, échappent au phénomène.
    Les femmes seraient donc plus touchées par le burn out maternel dans la mesure où, même lorsqu’elles sont en couple, c’est sur elle que se porte l’essentiel de la charge « parentale ».

  8. Bonjour à toutes les mamans (et surtout celles qui sont au bout du rouleau) et à tous les papas qui peuvent l’être également.
    Je suis papa de 2 petites filles (3 ans et 18 mois) qui sont de véritables petites crèmes. La maman que j’aime de tout mon coeur est là dès qu’elle peut pour nous trois et je pense qu’elle consacre 100% de son temps libre à notre confort. Et bien que je ne me considère pas comme intrépide, je m’occupe de 90% de l’intendance quotidienne de la maison. Pourtant, j’arrive à garder un bon équilibre entre quelques loisirs comme un bon jeu vidéo le soir après le coucher des enfants et l’éducation et l’éveil que je dois fournir à mes filles. Malgré cela, je ressens un épuisement qui se traduit par une patience proche de 0, des mises au coin systématiques, la voix qui s’élève beaucoup trop, etc.
    Par les recherches effectuées, je me rend compte qu’il est presque illégitime pour un papa de se sentir à bout, on en a presque honte. Aujourd’hui, sans emploi, je ressens que faire grandir mes bouts de choux est la seule chose qui me valorise et pourtant se sentir en échec par fatigue ou exaspération m’amène à penser que même pour cela, je suis nul… pourtant beaucoup disent de moi que je suis un « papa exceptionnel », j’ai même un ami qui m’a confié récemment que j’étais un modèle à ses yeux en termes d’éducation. Rien à faire, la confiance en soi est réellement entamée. Je pense que le plus dur n’est pas de se sentir fatigué(e), épuisé(e) ou autres mais bien de se sentir seul face à cette détresse.
    On manque d’informations, de dialogues et surtout de soutient. Mais là où les Mamans ont des pages et des pages pour échanger sur leur fatigue, nous autres Papas épuisé, on nous voit juste comme des pères peu patients voire des pères qui n’assument pas leur choix d’être père… et lorsqu’on trouve le courage de confier qu’on en peut plus, voici ce qu’on récolte:
    – tu n’as qu’à en faire moins (ménage, alimentation, entretien de la maison)
    – tu n’as aucunes patience
    – tu es trop strict, relâche un peu les règles
    – et bien d’autres tout aussi fleuries… (j’ai pas cité ma belle-mère, trop en colère encore de ce que j’ai entendu).
    En gros, c’est de notre faute…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s